Voila une question qui me tourne dans la tete en ce moment.

Ca est en mesure de sembler futile, voire inutile.

Au final votre ne sont que deux mots qui servent a resumer une relation, mais je chope que ca permet de faciliter l’acceptation que d’essayer de repondre a cette question.

Pour essayer d’en savoir plus, il me semble normal d’essayer d’observer quelles sont les differences entre l’esclave et le soumis. La toute premiere difference consequente selon moi reste que le soumis reste volontaire, tandis l’esclave ne l’est pas. Je considere qu’au cours d’la relation, le soumis vais garder des droits, alors que l’esclave des abandonne tous a sa Maitresse, il ne crois plus en terme se soumission mais en terme d’appartenance. L’esclave n’est jamais libre de quitter la relation, ni de refuser certaines trucs, aussi qu’un soumis garde bien ainsi 1 controle via la relation en terme de limite, d’action ainsi que pensees. Si l’on te prend l’exemple d’une Maitresse qui voudrait « preter » son soumis a une nouvelle Maitresse. Le soumis, meme s’il est oblige, peut reclamer quelques garanties avant d’accepter tandis que l’esclave delegue totalement la responsabilite a Notre Maitresse. L’esclave pensera « Ca ne me regarde jamais, si c’est votre que souhaite ma proprietaire, qu’il en soit ainsi.» et acceptera tranquillement l’evolution.

De surcroit, l’esclave n’attends gui?re du tout identiques trucs de sa relation que ce que va patienter votre soumis.

Il n’attend gui?re que ses desirs soient satisfaits au-dela de ses necessites d’origine (manger, boire, dormir, …). Mes esclaves voient des choses que des soumis attendent d’la relation, comme un agrement et non tel une necessite. Les esclaves savent que un relation va i?tre complexe pour eux, ainsi, que un soumission ne va i?tre pas tout moyen enfantin. Ils attendent des ordres, qu’on leur exige de faire des choses qu’ils n’apprecient jamais, et ils le feront seulement pour un dominante. Ils attendent d’etre traites en esclaves et gui?re cajoles. Ils attendent d’etre pousses au sein d’ leurs limites, et de pouvoir etendre celles-ci. Ils attendent de satisfaire les besoins de leur dominante en permanence, et que celle-ci n’accepte ni leur manipulation, ni leur desobeissance. Ils attendent d’etre utilises pleinement Afin de leurs connaissances, et meme entraines a etendre leurs capacites pour satisfaire les besoins de leur dominante. Un esclave se soumet differemment. Ils ne fixent pas de limites aux activites d’une dominante. Un soumis a des limites qu’une dominante ne peut depasser, ainsi, des limites moins « dures » qu’on est en mesure de depasser apres une negociation prealable, l’esclave n’en a nullement. Ils diront a la dominante qu’ils n’aiment nullement telle ou telle activite au debut, mais si la dominante le fait, ils ne remettront gui?re en cause la relation. Pour eux la but d’la soumission n’est aucune satisfaire l’esclave, mais de satisfaire la dominante. C’est imperatif que l’esclave choisisse de se soumettre a une dominante qui va avec nature ne jamais leur reclamer des choses auxquelles ils paraissent fondamentalement opposes.

Certaines de ces caracteristiques existent chez les soumis, mais chez les esclaves elles sont toutes presentes. Un esclave n’est pas meilleur qu’un soumis, mais plutot tout autre. J’ai difference essentielle reside au sein des limites en soumission. Pour un esclave il n’y en a nullement.

On pourra se referer a votre decomposition que je trouve assez interessante

1. LE(LA) MASOCHISTE NON SOUMIS(E) OU LE(LA) FETICHISTE SENSUEL(LE): Non interesse(e) par la servitude, l’humiliation ou de » donner » le controle a autrui; il (elle) reste interesse(e) juste par la douleur et/ou une sensualite plus » epicee » , toujours sous le propre controle et terme, Afin de son joie personnel. (Desir de receptionner juste que des sensations corporelles et nullement interesse(e) d’etre utilise pour servir 1 mari aux besoins » sadique « )

2. LE(LA) PSEUDO SOUMIS(E), NON ESCLAVE: Non interesse(e) de » jouer a l’esclave « , mais interesser au autre role de soumission, comme nos scenes de professeur d’ecole, infantilisme, travestisme force. Souvent interesse(e) avec l’humiliation, mais non de servir un(e) Maitre(sse) meme en jeu. Va largement decider du jeu et des regles.

3. LE(LA) PSEUDO SOUMIS(E), ESCLAVE PAR JEU: Aime » jouer » a l’esclave. Aime se sentir soumis(e) et servir un(e) Maitre(sse) et dans certains cas, aime etre utilise Afin de satisfaire le mari aux besoins sadiques, mais dans tout les cas, sous ses propres termes et conditions. Dicte largement le deroulement d’une scene. Souvent des defenseurs fetichistes comme par exemple les admirateurs de pieds(foot fetish).

4. LE(LA) VRAI(E) SOUMIS(E), NON ESCLAVE: Donne le controle a le mari (d’une facon temporaire et sous quelques limites negociees). Trouve sa satisfaction au sein des aspects une soumission autre, que de site de rencontre de voyage commentaires servir ou d’etre utilise(e) via un(e) Maitre(sse). Excite(e) par le suspense, la vulnerabilite et/ou de donner la responsabilite a le mari. Ne controle jamais ou fort peu la scene, excepte dans les details larges, mais requi?te son joie direct (contrairement d’avoir du ravissement de plaire au dominant).

5. LE(LA) VRAI(E) SOUMIS(E), ESCLAVE PAR JEU: Donne le controle a son partenaire (d’une facon temporaire et durant diverses scenes, d’une facon breve et sous la plupart limites negociees.) Trouve sa satisfaction de servir et d’etre utilise(e) avec son(une) dominant(e), mais seulement pour le joie, souvent erotique. Mal aime ou non, la douleur. Si aime la douleur, l’aime d’une facon indirecte (etre utilise(e) par un(e) mari a toutes les besoins sadiques et le(la) soumis(e) met peu de limites a votre aspect de la scene).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée Champs requis marqués avec *

Publier des commentaires